Skip to main content

www.fete-moisson-provins.org

Commune Libre de la ville haute de Provins

Accueil
Agenda
Fete de la moisson
Theme de la Fete
Programme de la Fête
Reservation Billeterie
Prélude à la Fête
Exposition
Espace presse
Le battage à l'ancienne
Traditions
Voitures anciennes
Photos de la Fête
Videos de la Fête
La Fête en pratique
Hotels - Restaurants
Contactez-nous
Association Commune Libre
Saint Paul
Mineur en Argile
La Brie en Chansons
Livre 40 ans Fête
Connexion de membre
Monuments Provinois
Tour César
Eglise Saint Quiriace
Les origines de la ville
Le moyen age
Du moyen-age au XX
Les foires de champagne
Les templiers à Provins
Thibaut le Chansonnier
Histoire de Provins
Saint Quiriace suite...
La Maison Romane
Les souterrains
Les salles souterraines
La grange aux Dîmes
Les remparts
Eglise Sainte Croix
Eglise Saint Ayoul
Cartes postales anciennes
Couvent des Cordelières
Tracteurs anciens
Partenaires
Plan du site

Le Moyen-age
 
De 1019 à1284, sous les Comtes de Champagne, Provins va connaître sa plus grande prospérité. 
Ceux ci fondèrent des établissements religieux qu’ils dotèrent richement, on comptait plus d’une vingtaine d’églises, chapelles, couvents et institutions hospitalières. Ils encouragèrent la création de manufactures de draps, de cuirs et de coutellerie qui acquirent une grande réputation et créèrent des foires qui devinrent célèbres dans toute l’Europe : les foires de Champagne.

Ces foires étaient au nombre de trois par an et duraient plusieurs semaines : la foire de Saint Martin en Novembre, la foire de Saint Ayoul en Septembre, la foire de Mai vers l’Ascension. 
Un grand nombre de banquiers européens établirent à Provins des comptoirs et les Comtes de Champagne firent frapper une monnaie provinoise qui eut court en Europe pendant tout le moyen age.

Au douzième siècle, la ville fut ceinte de fortes murailles protégeant aussi une cour brillante recevant des poètes et des intellectuels parfois persécutés.

Prenant part à une croisade Thibaut dit le Chansonnier rapporta une rose rouge " Rosa Gallica " dite aujourd’hui rose de Provins.

Dès la fin du XIII siècle, les temps prospères touchèrent à leur fin. 
Le dernier comte Robert III dit le Gros établit des taxes que la population industrielle trouva trop lourdes et inéquitables. Des révoltes éclatèrent à plusieurs reprises, la plus terrible fut celle de l’hiver 1279. Le maire Guillaume de Pentecoste prolongea la journée de travail d’une heure. Les ouvriers se soulevèrent prenant les armes, massacrèrent le maire et saccagèrent les maisons des échevins.
Le roi de France, tuteur de la jeune princesse orpheline Jeanne de Navarre future épouse de Philippe le Bel (mariage qui rattacha le Comté de Champagne au royaume de France), envoya ces officiers pour rétablir l’ordre et ôta à la ville tous ses privilèges.

Provins ne retrouvera jamais son importance et ses activités passées. Ses foires furent petit à petit désertées, ainsi que ses ateliers si productifs auparavant. 
L’activité essentielle de la ville se portera sur l’exploitation agricole.