Skip to main content

www.fete-moisson-provins.org

Commune Libre de la ville haute de Provins

Accueil
Agenda
Fete de la moisson
Theme de la Fete
Programme de la Fête
Reservation Billeterie
Prélude à la Fête
Exposition
Espace presse
Le battage à l'ancienne
Traditions
Voitures anciennes
Photos de la Fête
Videos de la Fête
La Fête en pratique
Hotels - Restaurants
Contactez-nous
Association Commune Libre
Saint Paul
Mineur en Argile
La Brie en Chansons
Livre 40 ans Fête
Connexion de membre
Monuments Provinois
Tour César
Eglise Saint Quiriace
Les origines de la ville
Le moyen age
Du moyen-age au XX
Les foires de champagne
Les templiers à Provins
Thibaut le Chansonnier
Histoire de Provins
Saint Quiriace suite...
La Maison Romane
Les souterrains
Les salles souterraines
La grange aux Dîmes
Les remparts
Eglise Sainte Croix
Eglise Saint Ayoul
Cartes postales anciennes
Couvent des Cordelières
Tracteurs anciens
Partenaires
Plan du site
Tour César

Bâtie sur l'éperon rocheux qui constitue la Ville-Haute, la tour actuelle (appelée autrefois, "Tour du Roi", "Grosse Tour", "Tour aux prisonniers"...) a probablement été construite sous le règne de Henri le Libéral (1152-1183).

Cependant, une tour plus ancienne, existant en 1137, est nommée dans la charte fixant les limites des foires de Champagne.


Cette tour est construite sur une motte artificielle. Elle est à cheval sur les murs des fortifications dont elle était le donjon. 

Elle a servi de prison, mais son rôle essentiel était militaire: deux chemins de ronde permettant le guet sur la plaine de Brie environnante.

Elle présente un plan carré à sa base, devenant octogonal à mi-hauteur, flanquée de quatre tourelles se détachant au niveau du premier chemin de ronde.

La base de l'édifice est enveloppée par une lourde muraille en maçonnerie, ajoutée par les Anglais après le siège de 1432, connue sous le nom dédaigneux de "Pâté aux Anglais".

La Tour César était surmontée d'une terrasse portant une tour de guet et un chemin de ronde crénelé.

A l'intérieur, au rez-de-chaussée, une grande salle voûtée servait d'entrepôt pour l'intendance.

A l'étage supérieur, une autre salle de mêmes dimensions mais plus haute, appelée "salle des gardes", était le centre de communication de la tour.

De là, partent les escaliers vers la salle basse, la chambre du gouverneur et les chemins de ronde. La voûte est perforée d'un "trou de service", permettant de communiquer avec le dernier chemin de ronde.

On accède aux cachots où furent gardés les prisonniers par d'étroits couloirs pris dans l'épaisseur des murs.
La tour a été couverte en 1554, et l'installation des cloches, provenant de la tour-clocher de l'église Saint Quiriace effondrée, date de 1689.